• Home
  • zouerate.com Un site dĂ©diĂ© Ă  la communautĂ© et la mĂ©moire collective de ZOUERATE.
  • .

INAUGURATION DU CYBER COMMUNAL DE ZOUERATE ET E.TOURISME.

février 15th, 2010

Bonjour Ă  tous,

Saluons l’arrivée du Cyber Communal à Zouérate. En effet depuis le 25 Janvier 2010, la commune de Zouérate s’est dotée de nouveaux moyens afin de rendre le Web accessible à tous.

Et puisque nous sommes dans la cyber actualité, je viens par le biais de cet article vous rappeler l’existence de la cité de Zouerate en 3d sur Google Earth.

Pour ceux qui ne le savent pas :

Nous avons dû abolir les frontières du temps et de l’espace pour redonner vie à l’ancienne ville et la rendre accessible à tous les amis et expatriés de Zouérate à partir du programme Google Earth.

La cité de Zouerate moderne est désormais inscrite et géo-référencée dans la collection des “Villes en développement ” de Google Earth, grâce à la fidèle reconstitution numérique en 3D de Zouerate des années 60.

Je viens d’éditer un blog reprenant toute la collection complète (cliquez sur le titre suivant pour y accéder) :

Zouerate fait partie de la carte 3D du monde.

Jusqu’à présent, seules les grandes métropoles offraient une visite en 3D dans Google Earth. Aujourd’hui, grâce au développement rapide d’internet, les petits centres de vie industriels ou ruraux peuvent apparaître au premier plan et contribuer par l’apport de leur données à la création d’un nouveau monde virtuel passionnant.

C’est pourquoi Zouerate Place a investi dans la création d’un modèle 3D permettant de représenter les bâtiments de la cité de Zouerate dans Google Earth.

Les nombreuses fonctions du programme “Villes en 3D” de Google Earth sont mises à profit pour véhiculer l’image de Zouérate auprès du public le plus large, des professionnels du secteur privé, des collectivités, des filières du tourisme…

En s’affichant, sur Google Earth, la ville, les bâtiments, les sites touristiques et les reliefs de Zouerate suscitent l’intérêt d’un public plus nombreux.

Plus de 350 millions d’internautes utilisent Google Earth pour découvrir le monde, d’où l’importance pour Zouerate d’y être représentée.

C’est un outil d’exploration unique pour observer les sites d’intérêt à vol d’oiseau, préparer un investissement immobilier, planifier un itinéraire de voyage ou regarder un paysage urbain avec une nouvelle perspective.

Et c’est un vrai succès,  Zouerate en 3d sur Google Earth est vu par des milliers d’internautes !!!  Une autre façon de faire découvrir notre cité aux yeux du monde !

Alors que l’on se pose la question «  quel avenir pour le tourisme en Mauritanie ? », il serait peut –être bon de se tourner vers le E-tourisme comme le fait déjà pas mal de pays dans le monde . Et pourtant l’intention y était, qu’en est-il de  l’initiative de l’époque lancée par le gouvernement et plus particulièrement par Mme Cissé ex directrice du tourisme à ce moment là

Article Cridem :

Une réunion de présentation du projet E-tourisme s’est tenue hier matin dans les locaux du Ministère du Commerce, du Tourisme et de l’Artisanat.

Plus de vingt-cinq participants des secteurs publics et privés mauritaniens ont participé hier matin à une réunion de présentation du Projet E-tourisme. Organisé par la CNUCED (Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement) et la Direction du Tourisme.

Il s’agissait plus particulièrement, lors de cette session, de présenter les opportunités considérables offertes par l’application des technologies de l’information et de la communication (TIC) au domaine du tourisme pour le développement.

La CNUCED organisera, du 26 au 30 avril prochain, un séminaire de formation sur ce sujet à Nouakchott. Il s’agira de “Fournir aux participants les éléments de connaissance et présenter les outils leur permettant de s’engager concrètement dans la formulation d’un plan d’action pour la mise en place de solutions TIC pour la gestion et la promotion de l’offre touristique locale”.

Cinq modules pédagogiques seront diffusés portant aussi bien sur l’importance des partenariats dans le secteur, les modèles de gestion appropriés que sur des techniques de commercialisation pratiques.

Ce sĂ©minaire s’adressera Ă  des participants dĂ»ment sĂ©lectionnĂ©s (dĂ©cideurs et cadres d’institutions publiques responsables de la conception, la promotion et la commercialisation de l’offre touristique locale, ainsi que des dĂ©cideurs et cadres d’entreprise engagĂ©s directement et indirectement dans les activitĂ©s relatives Ă  la valorisation et la promotion de la destination et au tourisme en gĂ©nĂ©ral) :

Imaginons:

Un amoureux des voyages, habitant de San Francisco ou de Strasbourg, navigue sur internet, de site en site, pour trouver la destination au meilleur prix. Mais ce n’est plus sur les sites d’agences de voyages qu’il fait son choix, mais sur ceux des pays concernĂ©s. Ces maisons du tourisme virtuelles lui permettent aussi bien de vĂ©rifier l’absence de mousson au Cambodge que de composer Ă  sa guise un circuit de Ouagadougou Ă  Nouakchott.

C’est ce rapprochement entre la les pays de destination du sud et leurs clients potentiels du nord que la CNUCED entend promouvoir dans le cadre de son Initiative e-tourisme en faveur des pays en dĂ©veloppement.

La prioritĂ© qu’il semble dĂ©sormais nĂ©cessaire de donner au tourisme repose sur le constat de son importance dans l’Ă©conomie des pays les plus dĂ©vaforisĂ©s, qui reprĂ©sentent pourtant une part trĂ©s marginale des flux touristiques mondiaux. La gĂ©ographie des flux touristiques mondiaux est trĂ©s inĂ©galitaire, avec une prĂ©Ă©minence de l’Europe et de l’AmĂ©rique du Nord, et une montĂ©e en puissance de l’Asie de l’Est.

Le potentiel de croissance du secteur touristique est trĂ©s important, en nombre d’arrivĂ©es mais aussi en ce qui concerne les recettes. Le tourisme est un des principaux postes d’exportation pour les moins avancĂ©s (PMA); C’est l’un des plus importants secteurs gĂ©nĂ©rateurs de ressources. Le tourisme contribue significativement aux revenus, Ă  l’emploi direct et indirect. (activitĂ© intensive en travail, grand potentiel pour femmes et jeunes, zones rurales, faible qualification).

Il permet aussi une mise en valeur des actifs possédés par les groupes défavorisés, que ce soit le capital naturel (paysage, sites, faune) ou culturel (traditions, folklore) et, en raison de sa nature transversale, et de ses points d’incidence, a un effet d’entraînement positif sur les infrastructures, comme par exemple, le transport, l’hébergement.

Pour de nombreux pays en dĂ©veloppement comme la Mauritanie, le tourisme peut ĂŞtre un substitut Ă  des marchĂ©s internationaux difficilement accessibles (retard de compĂ©titivitĂ©, technologique, barrières protectionnistes) : Il peut ĂŞtre ciblĂ© comme moyen durable de rĂ©duction de la pauvretĂ©, et de re-spĂ©cialisation Ă©conomique. Cependant, ces gisements touristiques pourraient contribuer fortement au dĂ©veloppement s’ils n’Ă©taient les victimes de «fuites». On estime, en effet, que les pays les moins avancĂ©s d’Afrique peuvent voir jusqu’à 85% de leurs recettes touristiques leur Ă©chapper.

Pourquoi?

Parce que un grand pourcentage du poste alimentaire des touristes est importĂ©, parce que ces pays doivent acheter Ă  l’Ă©tranger leurs moyens de transports, rĂ©munĂ©rer les capitaux Ă©trangers investis dans les infrastructures de vacances.

De plus, l’intĂ©gration verticale des opĂ©rateurs des pays du Nord placent ces pays dans une situation de dĂ©pendance forte: on estime que 38% seulement de la recette touristique restent au Kenya. Sans oublier les fuites invisibles (ou criminelles, les destructions environnementales, etc.

Bien sĂ»r, il ne faut pas exagĂ©rer la prĂ©occupation sur les fuites observĂ©es dans le secteur touristique. Elles sont inĂ©vitables au dĂ©but du processus de dĂ©veloppement. Ce qui compte, c’est de dĂ©finir et de mettre en place des politiques appropriĂ©es, favorisant les liens inter-sectoriels, et d’encourager le dĂ©veloppement d’entreprises touristiques locales,ou d’entreprises mixtes impliquant un investissement et une participation locale.

Pour les petites entreprises locales, l’accès aux grands rĂ©seaux d’information et de commercialisation est difficile ou impossible, et seul le commerce Ă©lectronique apporte une rĂ©ponse appropriĂ©e. Avec ses possibilitĂ©s illimitĂ©es et son coĂ»t modique, il constitue un facteur-clĂ© de compĂ©titivitĂ© pour les petites entreprises touristiques.

Cependant la plupart de l’information sur le tourisme dans les pays en dĂ©veloppement est produite et maintenue par des fournisseurs de service des pays dĂ©veloppĂ©s, qui conduisent Ă©galement la plupart des transactions de ventes.

Les TIC constituent un des instruments les plus efficaces pour remédier à ce déséquilibre. La démonopolisation des flux d’informations et la désintermédiation induites par l’internet peuvent permettre une réappropriation de ce secteur et de sa promotion par les pays eux-mêmes. Les pays accroissent ainsi leur autonomie dans la gestion de leurs destinations, et peuvent s’affranchir de la « tyrannie de la transaction » (Hill 2001).

Le e-tourisme est donc un facteur de lutte contre la pauvreté par la valorisation nationale du gisement touristique des pays en développement.

Mme Cissé, Directrice du Tourisme a rappelé les enjeux économiques du tourisme en Mauritanie et l’importance des TIC à cet égard. La stratégie de développement du tourisme mauritanien a également été présentée aux participants.

« Minimiser les fuites et maximiser la fourniture de biens et de services locaux, profiter du désir du consommateur de voyager à la carte, réduire la fracture numérique qui isole les PMA des marchés mondiaux, miser sur les petites et moyennes entreprises locales » ces multiples raisons ont convaincu notre organisation, conclut Jean-François Baylocq, de travailler ensemble avec la Mauritanie à construire son offre en matière de tourisme.

A l’heure ou tout le monde cherche des solutions pour survivre la crise économique mondiale, il est facile de concevoir des « liens » qui nous emmèneraient vers des boutiques virtuelles ou web pour promouvoir un artisanat local, vers des tours opérateurs, ou des sites culturels…Les liens sur Zouerate en 3d nous emmènent vers notre site et sa fréquentation s’en est trouvée plus que doublée ! Dois-je développer plus pour faire comprendre l’opportunité de cette fenêtre sur le monde ?

Alors je pose cette question : À quand l’intĂ©rĂŞt des dĂ©cideurs culturels, politiques, des tours opĂ©rateurs locaux ou des investisseurs privĂ©s, des Ă©lus locaux, des artisans pour ce genre d’initiative ? S’il est parfois considĂ©rĂ© comme un jeu, le virtuel dans le Web est une fenĂŞtre sur le monde et son potentiel Ă©conomique est bien rĂ©el.

Et s’il vous fallait des chiffres voici à titre d’exemple les statistiques concernant simplement « l’allée des lauriers en 3d » présent sur Google:
Statistique Google Earth

Allée des lauriers

Naissances des Lauriers roses de ZouĂ©rate. Mai 1961 – « …Mais la KĂ©dia-el-Djil, auparavant le plus haut et le plus dĂ©chiquetĂ© de ces massifs, a Ă©tĂ© dĂ©capĂ©e. Des machines ont arasĂ© ses crètes, nivelĂ© ses arĂŞtes, dĂ©coupĂ© ses flancs en gradins de dix mètres. Les explosifs ont fait sauter ses aspĂ©ritĂ©s. Le sommet mĂŞme, le Tazadit, est devenu un immense terrassement. Les engins achèvent de le dĂ©couper en plates-formes rĂ©gulières. Je vois un bulldozer en train de tailler une route sur un flanc Ă  pic. Il pousse devant son soc, une vague presque incandescente, pleine d’étincelles. Ce sont des lueurs de mĂ©tal, car tout est minerai en ce lieu… Je dĂ©ambule avec un petit monsieur solide, aux cheveux blancs, dru, coupĂ©s courts. Il a un visage plissĂ© et attentif, mais Ă©trangement doux. C’est M. Pinsard, le chef de la mine, le patron de la montagne magique. A première vue, la citĂ© d’Idjil est, au pied de la montagne magique, la contre-partie du camp de Port Etienne. MĂŞmes baraques, mĂŞme sable, mĂŞme vie artificielle. La grande diffĂ©rence, c’est qu’il y a un massif de lauriers-roses. M. Pinsard me dit : – Que de mal m’ont donnĂ© ces arbustes ! Mais je veux en faire pousser d’autres, bien d’autres. Je veux que ce campement soit un jardin de fleurs. M.Pinsard, le maĂ®tre des machines et broyeuses de fer a un doux sourire de poète : – On peut tout crĂ©er, mĂŞme le bonheur dans le dĂ©sert. » LUCIEN BODARD.

Votre navigateur ne supporte pas JavaScript ou vous avez désactivé JavaScript.

Enfin pour conclure et à titre d’information sachez qu’il m’a fallu plus de 1500 heures de travail pour modéliser l’ensemble de la cité (Soit pratiquement 4000 logements).

pour tout savoir sur Zouerate-place cliquez sur le lien : Zouerate.place
Vos commentaires sont les bienvenus

Bon Site !

Catégories: Edito

Mots-clefs :, , Laisser un commentaire

Feed

http://zouerate.com/site / INAUGURATION DU CYBER COMMUNAL DE ZOUERATE ET E.TOURISME.