Madeleine de Proust.

Les bouteilles de Pschitt citron et orange, le VAT 69, L’Ambassadeur, la bibliothèque rose et verte (Le Club des cinq), les malabars, le Seven-up, le sel Cerebos….

shapeimage_13.jpg

  • admin 17:19 le 1 mars 2008 Permaliens

    L’ Adolescence

    Je me souviens ô combien nous n’imaginions pas l’accès aux multiples activités que nous avions dans cette cité de Zouérate.
    Un matin d’automne 1973, alors que je commençais pour la première fois ma rentrée scolaire en France, en pension et toutes les années qui suivront, à Quimper, vers 8h30 sous la pluie, faire du sport en tee-shirt avec la classe, Je me suis dit » mais qu’est ce que je fous ici ? » !!!
    Enfin l’été 74 est arrivé : le train direction Roissy, décollage avec le DC10 Air Afrique direction Zouérate rejoindre les parents et tous les autres copains et copines ! Wouah !!!!!!!!

    Vendredi 18 mai 2007

  • admin 17:19 le 1 mars 2008 Permaliens

    Ancienne de Zouérate

    Que de souvenirs qui remontent à la surface, enfance et adolescence puis mariage à Zouérate. Il n’y a eu que deux mariages, si je ne m’abuse : ma sœur et moi.
    Bonjour à tous les anciens et bonne balade sur le site.
    Sylvie Curtolo

    Samedi 19 mai 2007

  • admin 17:20 le 1 mars 2008 Permaliens

    Ancienne de Zouérate

    Oh oui que de souvenirs qui reviennent à la surface.
    Que de souvenirs aussi au Club où mes parents étaient gérants

    Mardi 22 mai 2007

  • admin 17:39 le 1 mars 2008 Permaliens

    Chars à voile

    En effet cette Deudeuch! Il me semble justement avoir une séquence super 8 de l’arrivée des chars à voile à Zouérate et de la Deudeuch bien sûr.
    Laurent Le Thellec

    Dimanche 17 juin 2007

  • admin 17:42 le 1 mars 2008 Permaliens

    Y’ A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION / Avril, Mai 1973

    Lors de mon voyage retour, comme il y avait eu des problèmes avec les DC!
    Nous avons décidé d’attendre le DC révisé à Toulouse.

    Donc nous partons avec un DC super! mais voilà au bout d’une heure ou deux de vol, l’alarme se met en route dans l’avion.
    Un moteur était en feu! pas Rire quand on se trouve au hublot juste à côté.
    Après une petite panique générale et la peur au ventre, le commandant nous signale que ce n’est pas grave.
    Mourir! de! . Brousse! . En vol.
    Il nous annonce à peu près ceci : « ne vous alarmez pas nous allons pouvoir voler avec un seul moteur et si l’autre prend feu ce n’est pas grave non plus, nous avons un avion qui peut planer. Nous allons donc pour le moment voler un peu de travers car nous ne pouvons pas rebrousser chemin. Il n’y a que l’atterrissage maintenant qui sera un peu délicat.
    Le principal est de ne pas détacher vos ceintures car je peux décider à tout moment d’atterrir dans le désert » !!!!!!!!
    Enfin nous arrivons à Nouadhibou, mais je crois que nous avons atterri comme à la fête des loges! Mais très très contents de descendre de l’avion.
    Après j’ai pris un « FOKKER » je crois, avec les ailes au dessus de l’avion. L’avion tremblait tellement que nous avons cru pendant tout le vol qu’il perdait ses ailes. Nous avons eu encore plus peur.
    Enfin! je suis toujours là ! Rire mais après seulement !
    Si quelqu’un se souvient avoir pris cet avion il peut nous donner ses impressions .
    Hervé SIMONIN

    Dimanche 17 juin 2007

  • admin 17:42 le 1 mars 2008 Permaliens

    De ce vol je ne me souviens pas, mais de bien d’autres an tout cas : DC3 Attérissage à Zouérate sur 100 mètres ; 2 moteurs en feu, DC3 vol Nouadhibo / Zouérate avec bagages de moins en moins sur le parcours, perte d’altitude. DC3 porte ouverte entre Nouadhibou- Zouérate. DC8 attérissage 100 m plus tôt dans le sable, visibilité zéro, en 1976. Attendu 2 jours pour préparation et retour sur Paris direct pour plus de sécurité au lieu de Marseille prévu.
    Béatrice Baron s’en souvient-elle ?
    Laurent le Thellec

    Dimanche 17 juin 2007

  • admin 17:43 le 1 mars 2008 Permaliens

    Jean-François Genet

    Ce dont je me souviens surtout en qui concerne le DC3, ce sont les innombrables fuites d’huile et, une fois aussi, une énorme fumée sortant d’un des moteurs (l’huile devait tomber sur le moteur très chaud). Par contre j’ai assisté à partir du Ranch, à un atterrissage sur un seul moteur (panne? incendie?).
    Notons aussi l’incroyable décontraction des pilotes qui n’hésitaient pas à taper le carton en jouant au tarot et demandant des partenaires parmi les passagers ….
    JF Genet

    dimanche 23 décembre 2007 – 17:40

  • admin 17:37 le 1 mars 2008 Permaliens

    Ghislaine BANNIER

    Voici une photo prise devant le Club des Aigles et piscine en 1968.
    Que d’étés passés au bord de la piscine !!!!!!!!!!!
    et que de souvenirs.

    Dimanche27 mai 2007

  • admin 17:38 le 1 mars 2008 Permaliens

    Chars à voile

    Qui se souvient des chars à voile entrant dans Zouérate! En exclu dans le Club des images tirées d’un documentaire de l’époque. Appuyez sur le bouton du diaporama sous la photo de droite! il y a 18 vues !
    Clin d’œil : la Deudeuch Le Thellec est toujours là ! le 19 Avril 1967 ils entraient dans Zouérate !

    Patrick Wojtkowiak

    Dimanche 17 juin 2007

  • admin 17:42 le 1 mars 2008 Permaliens

    Chars à voile

    Je me souviens de cette journée d’ailleurs je suis en photo sur l’un deux il faudra que je l’ajoute à l’album
    Thierry ARNOULD

    Dimanche 17 juin 2007

  • Marchand Evelyne 16:30 le 20 septembre 2008 Permaliens

    Que d’activités en effet nous étaient proposées ! Je me souviens surtout de celles proposées par M. Paquet à l’école, les sorties dans la Kédia, les bains dans les gueltas, la recherche de cailloux et, surtout, le labo photo de l’école où nous avons appris à développer nos premières photos en noir et blanc ! La mienne, c’était un petit âne prise du côté du 1er économat (en 1963 !) où se trouvait alors la Formation professionnelle. Ma mère était alors la secrétaire de Monsieur Girardeau.
    Il y avait aussi le karting, le tennis, la piscine ! Quel bonheur, les parties de water polo et les concours de plongeon !
    Mon oncle et ma tante nous avaient rejoint à Zouérate, de sorte que durant trois ans j’ai en plus eu 3 cousins et cousines… L’union fait la force ! Et les mêmes 3 cousines sont retournées, en 2003, presque 40 ans après, dans leur anciennes maisons… presque inchangées…. Larmes !!!!!
    J’ai eu la chance de beaucoup voyager dans ma vie d’adulte mais rien n’a jamais pu se comparer à Zouérate, au désert, au thé sous la khaïma et à ma chère kédia que je voyais par la fenêtre de ma cuisine et qui semblait veiller comme une sentinelle…
    Evelyne Marchand

  • ECKLE Robert 3:12 le 11 mars 2009 Permaliens

    ECKLE Robert 10 Mars 2009 23h00

    Après lecture des différents commentaires de Mrs Simonin et Le Thellec sur le DC3, je porte également mes souvenirs
    à ce sujet car nous avons eu le même tour, à savoir moteur gauche en feu après 15 mn de vol au départ de Nouadhibou. Retour en catastrophe, évacuation du “zing”
    débarquement des bagages et tout le monde est dirigé vers le Mif-hôtel de Nouadhibou pour passez la nuit. Au petit matin réveil de tous les passagers à destination de Zouerate pour reprendre le même “Zing”….. Bien entendu personne ne voulait reprendre le DC3 !!! Après des heures de palabres le Fokker fut mis en service pour nous transporter sur Zouerate .
    Ecklé Robert

Répondre

  Chargement...
c
composer une nouvelle contribution
j
billet suivant /commentaire suivant
k
billet précédent /commentaire précédent
r
répondre
e
éditer
o
voir/cacher les commentaires
t
aller au début
esc
annuler