fév 28 2008

WOJTKOWIAK

LE DOCUMENTAIRE

le Journal du documentaire. un journal de bord, un blog, qui vous informera de l’aventure cinématographique du film au fur et à  mesure de son avancement.

shapeimage_2-2.jpg

Cette page est subdivisé en sous pages..

13 Comments »

13 Commentaires à “LE DOCUMENTAIRE”

  1. admin le 01 mar 2008 à 19:39 #

    Thierry ARNOULD
    Bonjour
    j’avais envie de vous ecrire car , c’est sur j’attends beaucoup de vous . En effet , pour l’anecdote , mon premier bruit entendu à zouerate , etait le cri de l’ane , le 1er matin de mon premier reveil à zouerate (vous devez rire ) derriere votre ecran , moqueur . Mais quand on a 5 ans , arrivant de france , c’est une surprise … Apres c’etait le tir de mine , la sirene et un son que je n’ai jamais oublie , celui du gresillement des postes de radio à l’heure ou tout est calme , la sieste , entre-coupe de paroles audibles puis debaisses d’intensite et les gresillements . Le bruit du vent aussi tres particulier sous les toitures sans oublier le bruit des rares gouttes de pluie egalement sur nos toit en zinc .Bien d’autres sons sont encore presents dans ma memoire et sans mettre la pression à votre travail d’ingenieur du son , c’est vrai , que j’attend beaucoup , à travers votre travail , de retrouver tous ces sons de jeunesse . Remerciements.
    Egalement les prises de vue et la lmiere . Cette lumiere de mon enfance je suis sur quelle sera excellente , le chef opérateur nous a laisse un message dans ce sens , merci à lui . Et toi Pat tu sais deja toute ma reconnaissance , je n’en rajoute pas .

    Thierry

    lundi 14 janvier 2008 – 13:33

  2. admin le 01 mar 2008 à 19:39 #

    L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat

    Au moment de la sieste, les bidanes qui passaient dans la rue dont les palabres s’évanouissaient en decrescendo dans l’air chaud, le bruits de leur pas, feutrés légèrement par la poussière. Les mineurs et le cliquetis de la courroie sur la glacière, leurs toussotements parfois d’une Gitane de trop, les Nobleaux qui couraient et qui ne dormaient jamais !
    Il y avait ce minuscule trou dans le mur à la hauteur du climatiseur, et, souvent à l’heure de la sieste, alors que les volets étaient clos et la chambre dans l’obscurité totale, je me retournais sur mon lit et m’installais. Tête bêche, Bien sur le ventre, tête retournée vers le bas afin de voir sur le mur de ma chambre la projection inversée et renversée des personnes qui passaient dans la rue.

    La forte luminosité extérieure, ce trou pas plus gros qu’un trou d’aiguille faisant office d’objectif ( comme il était situé à hauteur d’homme vis à vis de la rue plus basse) transformait la pièce en une véritable chambre noire photographique.
    Je me réjouissais de la magie animée sur l’écran de ce mur de chambre, ce spectacle féerique à mes yeux d’enfant, de sons et de lumières.Pendant des années j’étais convaincu que “ Mon “ mur possédait un pouvoir exceptionnel me gardant bien d’en révéler le secret à quiconque !

    Je crois que j’ai eu les mêmes émois que ce public installé dans le salon indien du Grand Café en décembre 1895 lors de la toute première projection. Du moins il me plait de le croire.
    Tout ça pour dire, que pour ma part sois sûr Thierry, que je resterais fidèle à cette émotion d’enfant que je m’appliquerais à retranscrire et à transmettre.

    Patrick
    lundi 14 janvier 2008 – 16:08

  3. admin le 01 mar 2008 à 19:40 #

    Extraits de correspondance e-mail Laura-Patrick
    De : Laura Stoll-Devise
    A : Patrick Wojtkowiak

    Objet : …

    Salut Patrick,

    Je t’écris ce message pour t’annoncer une triste nouvelle, sûrement un peu brutale, même si le sujet avait déjà été abordé. Tu sais que ce projet de documentaire me tient très à cœur, et que cette aventure occupe très souvent mes pensées. Le petit texte que je t’ai rédigé ne révèle pas tous ces sentiments d’excitation, de curiosité, de fierté et de joie qui m’animent, et ne rend pas assez compte de tout ce que ce projet à fait naître dans mon imagination. Le jour où tu m’as parlé de l’instabilité qui couvait en Mauritanie, j’ai eu assez peur et je me suis posé pas mal de questions, cela n’a pas réussi à affaiblir l’envie que j’avais de faire ce documentaire, et l’idée de cette chance qui s’offrait à moi et qu’il ne fallait pas que je rate. Aujourd’hui bien évidement, cette envie est toujours là , et ce texte pour le blog le prouve encore, mais la réalité m’a rattrapée.C’est probablement les derniers évènements de cette semaine qui m’ont sorti de mon rêve et m’y ont confronté. Je suis donc allée consulter les informations données par le ministère des affaires étrangères à propos de la situation de la Mauritanie. Malheureusement elles sont loin de m’avoir rassuré! Je cite :” Après l’agression armée qui a coûté la vie à quatre touristes français dans la région d’Aleg (sud du pays), et en a grièvement blessé un cinquième, et à l’attaque d’une position militaire au nord du pays,?Il est actuellement déconseillé à tous les Français de se rendre en Mauritanie quel que soit l’objet de leur déplacement (tourisme, évènement sportif…). Il leur est suggéré de le reporter ou de choisir une autre destination. “Je sais que la production n’est pas folle et que vous n’allez pas aller en Mauritanie en ce moment (enfin j’espère), mais cela n’enlève rien au fait que ce pays, même dans quelques semaines ou quelques mois sera toujours sensible (mais là je ne t’apprends rien!).” Il est rappelé que la zone frontalière avec le Sahara occidental est minée, et qu’il est impératif de ne pas s’écarter de la piste officielle (voir paragraphe sécurité). “ ” Les conditions de circulation (cf. paragraphe transports) conduisent à déconseiller formellement la conduite de nuit, cause d’accidents récents et tragiques ayant impliqué notamment des touristes. “ ” La criminalité se développe dans les villes et notamment à Nouakchott. Les plages aux abords de Nouakchott ont été le lieu, ces derniers mois, de plusieurs agressions physiques, y compris en plein jour et à main armée. Il faut éviter de s’y rendre seul ou en couple. “ ” Pour toute sortie hors de la capitale, il est conseillé de se déplacer à deux véhicules, d’en vérifier l’état au préalable, de prévoir une réserve d’eau, de vivres et de carburant, d’avoir informé ses proches de sa destination et, le cas échéant, d’être accompagné d’un guide. Les moyens de communications satellitaires (valise Immarsat, téléphone de type Thuraya) peuvent être d’un grand secours. “Ce qui ne me rassure pas, c’est que je sais que même si plusieurs d’entre vous connaissent déjà bien ce pays, il s’agira d’une “ petite “ équipe, constituée exclusivement d’hommes. Etre une femme française de 19 ans là bas, avec les conséquences que cela implique, ne me parait déjà pas être simple, mais être la seule me tranquillise encore moins!J’en ai parlé à mes parents, qui contrairement à ce que l’on peut croire n’ont pas crié à la démence à l’idée que je parte et ne m’ont pas accrochée à un arbre, mais m’ont montré des choses que peut-être je ne voulais pas voir telles quelles le sont. Après ces débats et mes réflexions personnelles, j’en suis arrivée à cette conclusion : Je ne participerai pas à cette aventure mauritanienne! C’est une décision définitive que je t’annonce avec un regret énorme mais de manière professionnelle, en espérant que cela n’entame en rien notre amitié et ton estime à mon égard.Je suis sûre que tu comprends tout cela, et il vaut mieux que je le dise tant qu’il en est encore temps.Je suis désolée.
    Bises,Laura.
    PS 1 : Si tu souhaites parler de tout ça avec moi, tout en sachant que je ne changerai pas d’avis, il n’y a aucun problème. Mes partiels se terminent vendredi prochain, donc je serai dispo juste après.

    PS 2 : Patricia Ogou, qui m’avait contactée pour les tournages de janvier m’a envoyé une feuille de renseignements à remplir. Évidemment il va de soit que je n’y participerai pas et que quelqu’un d’autre prendra ma place, donc je vais la contacter pour lui dire, si c’est bien comme ça qu’il faut faire.

    De : Patrick Wojtkowiak
    To : Laura Stoll-Devise
    Objet : …

    Je voulais te dire que le départ en Mauritanie n’est pas encore au programme, et je ne parle pas du premier repérage que je dois faire seul et peut-être avec la production. Le financement du film n’est pas encore bouclé et les ITWs que l’on doit faire sont vraiment en marge du départ du tournage du documentaire qui n’est pas encore programmé.D’autre part au-delà d’un “éventuel” tournage en Mauritanie, tout le reste du film se fait en France et au cas ou, l’accès à la Mauritanie devenait improbable, il faut savoir que cela ne représente qu’une infime partie du documentaire puisque je m’attelle principalement a la période de 50 à 77.Je respecte complètement ton choix, mais peut-être il serait bon que tu fasses ces premiers ITW (tu ne vas devenir impulsive comme ton réal) afin que nous discutions tous ensemble et avec la production des différents points de vue et des hypothétiques dates qui à mon avis nous pousserons en Afrique pas avant l’année prochaine ou au mieux vers Septembre…D’ici là il y aura du sable qui coulera sous les ponts… Et puis je voulais dire aussi que je suis un cinéaste ce qui ne correspond en rien à un correspondant de guerre pour Life Magazine !!! As tu déjà contacté la production

    De : Laura Stoll-Devise
    To : Patrick Wojtkowiak
    Objet : …

    Non je n’ai pas encore joint la production, mais je ne sais pas trop quoi faire. Ce que je me dis,c’est qu’il est sur que je ne partirai pas en Mauritanie.De ce fait, je ne trouve pas ça trop normal de participer à la moitié du projet alors qu’une ou un autre aurait la possibilité de tout faire…En plus de cela je ne suis pas dispo le 27 janvier, et ta réponse à ce sujet avait été claire:”je prendrai une autre assistante”. Alors voila…dis moi si je me trompe….?

    De : Patrick Wojtkowiak
    To : Laura Stoll-Devise
    Objet : Ainsi soit-il.

    Non !Je comprends très bien ton point de vue et le respecte. Il n’y a pas de soucis quant à ta décision, chacun, heureusement, est libre de ses choix. Travaille bien Laura et bonne chance pour ton avenir.

    dimanche 13 janvier 2008 – 13:45

  4. admin le 01 mar 2008 à 19:41 #

    Je vous invite en Mauritanie (article tiré de Libé?ABDERRAHMANE SISSAKO cinéaste mauritanien, auteur du film Bamako.?
    QUOTIDIEN : mercredi 9 janvier 2008?

    Je suis né à Kiffa en 1961, en Mauritanie. Mon pays découvrait alors l’indépendance, accordée par la France l’année précédente dans le cadre d’une transition pacifique. Même si j’ai vécu parfois loin de ma terre natale, aujourd’hui essentiellement à Paris, cette terre magique m’habite chaque jour. Au printemps 2007, je me suis ainsi réjoui, comme tous mes compatriotes, de notre première élection présidentielle véritablement démocratique. A bien des égards, ce petit pays tranquille qui ne fait que rarement parler de lui vaut aujourd’hui par sa société civile, en marche vers la paix et la réconciliation nationale, un exemple pour l’ensemble du continent africain. Depuis des décennies, la Mauritanie accueille, avec ferveur et professionnalisme, les concurrents du rallye Dakar. Cette année, l’assassinat le 24 décembre de quatre ressortissants français, fait sans précédent dans ce pays, suivi d’un attentat mortel contre trois soldats, a tout d’abord choqué et traumatisé une population connue pour être pacifique. Ces deux attaques criminelles isolées ont conduit à l’annulation de l’édition du rallye Dakar 2008. J’entends depuis quelques jours, çà et là , et sans voix pour y répondre, qu’il ne faut plus aller en Mauritanie, que c’est dangereux. Je vous invite en Mauritanie. Je vous y invite parce que ce pays conduit, depuis des siècles, une singulière “politique de civilisation”, comme le réclamait récemment pour son propre pays le président de la République française. Ce mélange de cultures maure, arabo-berbère et noire africaine, ce brassage ethnique, cette terre d’échanges fertiles sont à bien des égards, malgré le sous-développement, des gages de civilisation. Je vous invite en Mauritanie parce que ici comme nulle part ailleurs une culture nomade a forgé une culture érudite. Je vous invite à rencontrer nos savants, nos griots, nos musiciens, à connaître ce pays qui compte quatre villes classées par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, ce pays qu’on dit être le pays du million de poètes, je vous invite à visiter nos universités et nos bibliothèques du désert. Je vous invite en Mauritanie parce que l’annulation d’une compétition sportive ne doit ni effacer les efforts d’un pays pour construire son image dans la région et dans le monde et pour faire vivre son identité de nations multiples, ni surtout à encourager les terroristes à continuer à nous faire peur. Je vous invite à venir en Mauritanie comme nous avons continué à aller, et plus engagés que jamais, à Madrid, à Londres, à New York après des attentats autrement meurtriers. Qui aurait d’ailleurs renoncé à visiter ces grands pays d’Europe ou les Etats-Unis ? Le vrai combat contre le terrorisme, c’est cela, cette solidarité sans faille. A nous, par notre détermination, de faire peur aux barbares. Je vous invite en Mauritanie, femmes et hommes de conscience, pour ne pas laisser votre place à ceux qui font injure à notre longue et ancienne civilisation.
    ?
    dimanche 13 janvier 2008 – 14:09

  5. admin le 01 mar 2008 à 19:41 #

    ?Je vous invite en Mauritanie (réactions)?Afin de voir les réactions lié a cette parution dans Libération vous pouvez cliquer sur ce lien.
    http://www.liberation.fr/rebonds/302531.FR.php

    “L’Histoire” n’est jamais finie, elle s’écrit au quotidien !?Je regrette le choix de Laura, mais c’est son choix.Cela fait parti des imprévus et des chemins qui se séparent dans la vie professionnelle.

    Patrick.
    dimanche 13 janvier 2008 – 14:20

  6. admin le 01 mar 2008 à 19:41 #

    Philippe Mouisset-Ingé son?
    Hello Laura, Patrick, Guy et les autres,?Ayant fait quelques films en Afrique de l’ouest, je pense que les évênements tragiques qui paraissent sporadiques sont en fait très exceptionnels dans ces régions qui sont quand même très paisibles. Les pays d’Afrique sont en train de vivre des changements internes et surtout subissent les courants extrémistes que nous vivons aussi en France (n’oublions pas les tristes évênements passés).?Alors ne dramatisons pas systématiquement en généralisant une catastrophe, certe très grave, à tout un continent. Il faut rester vigilant et responsable. Un film, ce n’est pas une aventure non maitrisée. Il faut penser avec une sécurité maximum dans des conditions de travail optimum. Aucune production ne peut laisser ces critères au hasard. Malgré ces évênements très graves, je reste confiant et je ne peux me résoudre à oublier ce merveilleux projet.
    dimanche 13 janvier 2008 – 16:25

  7. profeseur sidi ould bobba le 02 juin 2008 à 23:27 #

    Je crois qu’une réussite se mesure au nombre d’embuches qu’elle a sur son chemin pour etre mener a bien. Certes la mode de “terrorrisme” a été repercuté par la mondialisation sur notre desert.le havre de paix et de cohabitation que tous les cooperants qui ont vecu a zouerate connaissent parfaitement .Nous notre soufisme nous interdit de faire le mal.Est ce que vous vous croyez en securité en france, au danemark ou en siberie.IL faut vivre pleinement.
    La cité miniére vous invite sous la khaima pour boire les trois verres de thé.Et je suis sur que vous n’oublierez pas le gout de la troisieme theiere.Renseignez vous auprés de Mme BENEDICTE DESHAMPS ,Mme aurelie DANIELI de l’ambassade de france à nouakchott et Mme NICOLE VIGNOTE peintre,sculpteur,poete et artiste nomade.Elles etaient là et sont revenues à nouakchott et en toute securité.
    Nous,nous sommes musulmans et respectons tous ceux qui viennent chez nous en paix.SALAM ALEIKOUM, ayez la paix,SHALOM et bonjour madame, mademoiselle et monsieur.
    professeur sidi ould bobba
    zouerate
    tel 00 222 6 64 67 69

  8. Mohamed le 09 oct 2008 à 14:46 #

    Bonjour,

    Il ya 2 films interresants sur la mise en place des installations de la MIFERMA à Zouérate au début des années 60. Vous pourriez les télécharger de la vidéo de Google en cherchant “mauritanie”.
    Il faut aussi faire un saut à la représentation de la SNIM à Paris. Il y a plein d’archives visuelles.

    Salut
    Mohamed

  9. admin le 10 oct 2008 à 3:45 #

    Bonjour Mohamed et merci pour ce message.
    Les deux vidéos sont de Yves Ranchères et réalisées en 8mm.
    Ce sont des documents rares car il existe peu de films de cette époque.
    Nous avons Interwiewé Yves Ranchère , son épouse et son fils Philippe en Bretagne l’hivers dernier comme en témoigne le blog d’IDJIL sur les premiers tournages.
    Nous avons un extrait dans la vidéotheque du Site de ces films mais il est bien de mettre en lien ces documents.
    Voila qui est fait :

    http://video.google.com/videosearch?q=mauritanie&emb=0&aq=f&aq=2&oq=maurit#q=mauritanie&emb=0&aq=f&aq=2&oq=maurit&start=10

    http://video.google.com/videosearch?q=mauritanie&emb=0&aq=f&aq=2&oq=maurit#

    Merci encore Mohamed.

    Patrick

  10. DEBOUSSET PASCALE le 16 oct 2008 à 1:22 #

    Bonsoir ADMIN

    Quel magnifique message et tellement réel de notre Mauritanie. Et comme la fin de votre message est une force pour un pays qui a compté pour nous tous.
    En ce qui me concerne, je n’oublie pas les couchers de soleil dans le désert, les nomades fiers et généreux, les essences, les villes magnifiques de Mauritanie classées ou non qui ont un charme fou.
    La gentillesse d’un peuple dont nous avons tant à apprendre et qui m’a tant donné, j’en garde encore les traces en mémoire etc….
    Merci encore de toutes ces images avec les mots forts que vous avez pu décrire notre Mauritanie commune.

    Bien à vous et à très bientôt.

    Pascale

  11. THOUBERT EMILE le 18 nov 2008 à 0:23 #

    Cher Patrick,heureux de voir que tous ces jeunes,que j’ai du voir ,a la piscine,sortie de l’école,ou autres parts au club ,lors de fétes,semble avoir gardé d’excellents souvenirs de cette enfance

    Ma déception est de ne voir aucun nom d’anciens de ma connaissance (bureaux,magasins,ateliers des services génèraux,manutention,mines Tazadit et FORT goureau) il y avait pourtant chez Mr Roger chef de service élèctromécanique un tableau (Binettodrome) ???

    Une visite un jour m’a fait bien plaisir en Martinique Mr & Mme Rémy chef de service élèctrique,j’ai aussi croisé dans un aéroport Mr Von Singer , puis j’ai rencontré Mr Simon mécanicien centrale élèctrique…….je sais que nous les anciens ne sommes pas trés porté ,sur l’ordinnateur,moi je m’y suis mis……je corresponds et rencontre dans le cadre (familial) Mr & Mme Rieux,lors de bref séjours en France aisi que la maman qui tenait bibliothéque,et caisse du cinéma.

    Ce serai un grand plaisir d’avoir des nouvelles de tous ,je sais hélas,que la fin de vie à fait du vide dans nos rangs…..J’éspère avoir quelques échos à mon appel,salut à tous E.THOUBERT

  12. RENAUD Françis le 03 juin 2009 à 16:26 #

    Bonjour Gilbert DEBOUSSET,

    J’atterri sur ce site avec stupéfaction et frissons sur les bras en visualisant de nombreux noms (pas oubliés) !! Autant de très bons souvenirs gravés à jamais ! Mais j’ai un gros problème de “clics” car je n’arrive pas à avoir accés aux nombreuses photos archivées ! Je ne sais pas si tu te souviens de moi, nous étions remontés par la route avec notament GRAAL FOULON etc .Nous avions tous les 2 fait chambre commune à AGADIR !
    Si tu prends connaissance de ce message, ou bien tout autre intervenant, est-il possible de me communiquer la marche à suivre?
    Je suis surpris de voir que les mises à jour ou derniers messages sont datés de Nov 2008 ??
    Mon E-mail f.c.renaud @wanadoo.fr
    Chaleureuses pensées !
    Françis

  13. ARNOULD Thierry le 22 juin 2009 à 14:17 #

    Bonjour Francis ,

    Je viens juste de lire ton message . Je suis tres heureux de ta venue sur notre Site . J’ai rencontre Jacky Grall et sa femme Martine il y a 2 mois . Ils sont en pleine forme . Si tu as des difficultes pour acceder au site , je suis à ta disposition pour t’aider dans la mesure de mes possibilites .
    A bientot .

    Thierry

Commentaires RSS

Laissez un commentaire